Emmanuel Hiriart- Directeur de la Photographie

Articles tagués “picture profile

Encore un peu de bruit autour de la Canon C300

Un bon Capteur mais pas en 4K et un processeur grand public?

Le capteur tout d’abord sur lequel Canon a l’air d’avoir beaucoup investi mais aussi parié quant au succès de cette caméra, il est équipé de 4 photosites qui vont traiter le vert, le rouge et le bleu de la manière suivante, un est dédié au bleu, un autre pour le rouge et deux sont attachés au traitement du vert qui selon eux donne ainsi une meilleure résolution de l’image par cette prédominance.

Par contre si la capteur est meilleur que la concurrence notamment chez Sony avec sa F3, le traitement de l’image par le processeur ne délivre que de 8 bits non seulement en sortie HD-SDI mais aussi en interne, surement du fait du très lourd calcul imposé par la quantité d’information venant du capteur. Mais on se retrouve donc avec une caméra plus proche du modèle XF305 de la marque japonaise, ce dernier camescope a reçu l’agrément de tournage de la part de la BBC et l’on connait la qualité exigée par la chaine britannique pour ses productions, il s’agit là d’un ticket d’entrée pour la télévision en haute définition. Mais en terme de traitement de l’image il est dommage qu’on ne puisse pas obtenir du 10 bits, touts ceux qui ne destinent pas leurs productions au Web et qui ont envie de faire de la colorimétrie ou de compositing vont être un peu limité par ceci.

Alors si la capteur n’est pas en 4K afin de concurrencer la Scarlet voire en 2K pour se hisser au niveau de la Alexa, la Canon C300 ne tourne pas non plus à 60p en HD. Je signale que j’ai eu la surprise d’utiliser un Sony NEX 5N pour faire des photos il y peu et celui-ci délivre du 60P mais certes dans un encodage plus destructeur, mais je pensais Canon capable de telles performances.

Pour le reste on disposera de deux filtres Nd intégrés équivalents à un Nd 0,8 (perte de 2 diaph) et un Nd 2 (perte de 6 diaph). Le capteur serait nativement calibré à 850 ipso, soit l’équivalent de +2,5 dB et serait capable de descendre jusqu’à 320 ipso, soit -6dB et de monter à 30dB ce qui correspond à 20000 ipso tout de même..

Enfin on disposer de 8 pictures profiles mais pas de Technicolor CineStyle que j’avais pourtant apprécié, on se contentera du Cinema Canon Log et du EOS Standart qui correspond aux réglages basiques du 5D Mark II.

Des prix et des Gadgets qui vont avec?

Je rajoute à cela le prix des zooms que j’ai présenté hier qui tourneront autour de 47,000$ chacun, et j’en termine avec l’annonce de l’appareil sans nom officiel capable de 4k mais tournant en APS-H, soit 80% de la surface totale du dit Full Frame et qui surtout encodera en Motion Jpeg qui n’est pas pour me réjouir tant ce codec ne m’a pas convaincu jusqu’ici. L’appareil sera capable d’être maitrisé par WiFi grâce notamment à son appendice Canon WFT-E6A qui permettra à un IPad de contrôler la prise de vue, quand on voit de plus en plus de moniteurs de référence sur les plateaux de tournage on se dit que vraiment on n’a pas envie d’avoir à travailler avec l’écran brillant et taché d’un tel gadget, enfin comme Apple de son coté à l’air de vouloir stopper la production des MacPro on va devoir se faire à l’idée de pratiquer nos métiers ainsi, avec des outils chers couplés à d’autres grand public.

 La caméra, et son prix, font-ils de moi un bon chef opérateur?

Car c’est bien une tendance assez embarrassante dans nos métiers que de vouloir travailler et acquérir du matériel onéreux, à la mode et parfois tape à l’oeil. On valorise de plus en plus la caméra et de moins en moins le travail de l’opérateur et du directeur de la photographie (et je ne parle pas ici de ceux du réalisateur, du scénariste…)

Un ami me faisait cette confidence que je partage, le plus souvent on me contacte pour ma caméra et non pas pour moi. Et depuis que je possède des caméras de ce type je ressemble de plus en plus à une société de location, alors que je travaille avec celles-ci et que je n’ai pas cette vocation bien sûr.

Combien de fois n’avons nous pas entendu sur les plateaux ou sur en post-production : »la caméra fait vraiment de superbe images! ». Si j’ai appris à rester très modeste je ne peux m’empêcher de penser que la caméra fait avant tout ce que son opérateur lui fait faire, et que la technologie n’est pas tout, le temps passer à réfléchir au cadre et à la lumière sont pour bonne part dans cette image sublime.

Le marketing ne donne pas une belle image de notre avenir en tout cas.

Publicités

A Day at Race

Comme notre ami et Gourou Philipp Bloom avait en son temps réalisé un film court nommé ainsi pour tester sa 7D et ses optiques, je me suis dit de mon côté, pourquoi ne pas profiter d’un champ de course pour tester des profiles d’images (Marvels, Cine Style ou Panavision) et se faire la main une fois de plus sur Da Vinci Resolve voire FinalCut X. Me voilà réveillé aux aurores et quelques instant plus tard je rejoignais l’hippodrome de Beyrouth où les différentes écuries m’ouvraient leurs portes (je dois ici remercier Monsieur Nabil Nasrallah le directeur de l’établissement qui a permis ce tournage) afin de capturer avec une 5d les premiers moments de la journée. J’ai globalement utilisé uniquement la 5D avec des optiques Canon de la série L, à savoir un zoom 70-200mm 2,8 non stabilisé, un zoom 24-70mm et un 50mm, des filtres Nd une fois le soleil levé. J’ai pu faire ainsi pendant les 4 heures de tournages une centaine de petits clips en jonglant avec les « pictures profiles » afin de juger au montage et en post production du meilleur réglages pour mes prochains tournages avec cette caméra.

A part le fait que la lumière mit un temps précieux à vraiment se lever et que les entrainements débutent, eux, vraiment tôt, rien à redire, j’ai pu tester les 3 « pictures profiles » dans les conditions d’éclairages différents, de nuit avec des éclairages tantôt 5600K tantôt 3200K puis au levé du jour puis en plein soleil. J’ai terminer  à 9H00 ce qui correspond en fait la fin des entrainements pour les jockeys et les chevaux.

La deuxième étape consiste à filmer la course dimanche prochain afin d’en faire une histoire je l’espère, jolie à regarder, puis de travailler les couleurs aussi bien dans Color que dans Resolve afin d’en sortir deux styles différents et de continuer mon apprentissage chez Da Vinci. Dès que tout cela sera terminé, le film sera sur Vimeo afin que mes collègues coloristes et autres utilisateurs de Canon puissent me dire ce qu’ils en pensent et me donner conseils et avis sur les « pictures profiles » voire sur les techniques de retouches. Avancer en partageant.

Vous l’aurez compris c’était un jour de repos à Beyrouth.